Dany Villanueva once again before the Immigration and Refugee Commission

 
--> Join us for a rally and for Dany’s hearing before the Immigration and Refugee Board on WEDNESDAY, OCTOBER 13th at 9:00am at Complexe Guy Favreau in front of the Immigration and Refugee Board, 200 blvd Réné-Lévesque West. (Come to the rally at 8:30am and stay for the hearing beginning at 9am)
 
-->Support the Villanueva family in the coroner’s inquest into the death of Fredy Villanueva. For more information on upcoming dates go to http://www.lacrap.org/calendrier-des-dates-de-lenquete-publique
 
A joint call out from the Coalition Against Police Repression and Abuse, Montréal-Nord Républik, No One Is Illegal-Montreal and Solidarity Across Borders
 

Dany Villanueva estará de nuevo ante la Comisión de Inmigración y de Estatus de Refugiados

 
-- > Nos juntaremos enfrente de la CISR ubicada en 200 Blvd. Réné-Lévesque O. Asista al rally a las 8:30 am de la mañana y quedese para la audiencia que empezará a las 9:00am.
 
--> Demuestre su apoyo a la familia Villanueva asistiendo a las audiencias públicas sobre la muerte de Fredy. Se darán a conocer mas datos y nuevas fechas en la página http://www.lacrap.org/calendrier-des-dates-de-lenquete-publique
 
Un llamado de la Coalición en contra del Abuso y Represión Policiaca, Montreal-Nord Republik, Nadie es Ilegal Montreal y Solidaridad Sin Fronteras.
 

La suite et bientôt la fin de l’enquête du coroner dans l’affaire Villanueva

 
Après une pause d’un mois et demi, l’enquête publique sur les causes et circonstances du décès du jeune Fredy Villanueva reprend lundi prochain, le 13 septembre. Jusqu’à présent, vingt-six témoins ont été entendus en l’espace de 69 journées d’audience, donnant lieu à une foule de révélations, dont certaines sont passées inaperçues dans les grands médias. Les sceptiques qui croyaient que cette enquête publique ne servirait à rien ont été confondus… ou à tout le moins devraient l’être ! Si l’enquête publique n’est pas finie, elle tire bientôt à sa fin. C’est donc le moment ou jamais de venir voir ce qui se passe à l’enquête publique. Ce texte offre un aperçu des témoignages à venir.
 

Quelques fausses notes dans le concert d’éloges envers le prochain chef de police

 
Incapable de supporter davantage les acclamations sans fin saluant le choix de Marc Parent à la tête de la police de Montréal, la Coalition contre la répression et les abus policiers décide de briser l’unanimité. Non mais c’est vrai, qu’est-ce qu’ils lui trouvent tous à ce haut-gradé qui ambitionne de devenir chef des flics à la place du chef des flics depuis nombre d’années ? Identifié comme le candidat de la puissante Fraternité des policiers, Marc Parent s’est illustré en tant qu’ardent défenseur du Taser, une arme meurtrière de sinistre réputation. Qui plus est, ce même Marc Parent que l’on présente comme étant un officier à la « conduite irréprochable » qui serait « bien vu des communautés culturelles » a pourtant été condamné par un tribunal à verser des milliers de dollars en dommages-intérêts pour avoir associé à tort des Montréalais d’origine algérienne à un réseau terroriste, lors d’une conférence de presse qui contribua à alimenter l’amalgame entre les arabes et le terrorisme.
 

Le SPVM et l'affaire "Will Joseph Junior"

 
Durant l’été 2009, les militants de la Coalition contre la répression et les abus policiers et de Montréal-Nord républik travaillaient en collaboration à organiser les activités entourant la commémoration du premier anniversaire du décès de Fredy Villanueva. Pendant ce temps, un agent du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) disant s’appeler « Will Joseph Junior » essayait d’infiltrer ces deux groupes. Provocation, menace, supercherie : le SPVM semble prêt à tout pour nuire aux efforts de rares groupes et individus qui osent encore critiquer publiquement les écarts de conduite de membres de la force constabulaire. En attendant les conclusions du Commissaire à la déontologie policière qui enquête présentement sur cette affaire, ce compte-rendu de l’affaire « Will Joseph Junior » pourrait éclairer la lanterne de ceux qui se demandent encore pourquoi certains groupes ne font pas assez confiance au SPVM pour communiquer le trajet de leur manifestation à l’avance aux autorités policières.
 

Pages