Mort de Pierre Coriolan : retour sur une intervention policière funeste

Le 27 juin 2017, Pierre Coriolan, 58 ans, a été tué lors d’une intervention du Service de police de la Ville de Montréal. Son décès a fait l’objet d’une enquête publique du coroner ayant nécessité 15 journées d’audience lors desquelles 31 témoins ont été entendus et 134 pièces ont été déposées, dont certaines ont été frappées d’ordonnance de non-publication. La Coalition contre la répression et les abus policiers publie aujourd’hui une version caviardée du mémoire produit par son porte-parole, Alexandre Popovic, dans le cadre de cette importante enquête publique

Nommer les flics impliqués dans des interventions mortelles

On connait les noms des victimes. Mais pas ceux des flics imliqués dans l’intervention qui s’est terminée par leur décès. Car le Bureau des enquêtes indépendantes diffuse les noms des premiers, pas des seconds. La Coalition contre la répression et les abus policiers s’élève contre cette transparence à deux vitesses. C’est pourquoi nous publions une liste renfermant les noms et, dans plusieurs cas, matricules de flics du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) impliqués dans 37 interventions qui ont connu une fin tragique, entre 1987 et 2017.  

Consultation sur le livre vert : la réalité des victimes d’abus policiers

En décembre 2019, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a déposé un livre vert intitulé « Réalité policière au Québec : modernité, confiance et efficience ». À ce document s’ajoute la mise sur pied d’un comité consultatif de cinq personnes qui aura notamment pour tâche de formuler des recommandations au gouvernement. La Coalition contre la répression et les abus policiers a décidé de profiter des travaux du Comité consultatif sur la réalité policière pour faire entendre sa voix, en lui soumettant un mémoire.

Bureau des enquêtes indépendantes: l'heure est au contre-bilan

La Coalition contre la répression et les abus policiers (CRAP) présente un contre-bilan sur les trois premières années d’opération du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI). Fruit d’une fructueuse collaboration avec la Ligue des droits et libertés, ce document se veut une réponse au bilan que le BEI a lui-même produit à l’été 2019. Notre contre-bilan ne se contente pas de se montrer critique puisqu’il formule aussi pas moins de 46 recommandations pour remédier aux nombreuses aberrations que nous avons identifié lors de notre examen exhaustif des activités du BEI.

Caméras portatives au SPVM : la parole est aux flics

En 2016-17, le Service de police de la Ville de Montréal a mené un projet pilote sur les caméras portatives. En parallèle à cette expérimentation, deux chercheurs de l’Université de Montréal ont réalisé une centaine d’entrevues auprès de flics ayant fait l’essai de cette nouvelle technologie. La Coalition contre la répression et les abus policiers obtenu via l’accès à l’information le rapport d’évaluation, décaviardé dans sa quasi-totalité, que les deux chercheurs ont produit.

Pages