La leçon d'éthique

Alexandre Popovic de la Coalition contre la répression et les abus policiers réplique à l’article de David Riendeau « La Leçon d’anarchie », qui est paru dans le journal étudiant Montréal Campus, vol. 30 no. 11, 10 février 2010.

Impunité policière : pourquoi la couronne fait partie du problème

À l’occasion du Forum sur la violence et l’impunité policière, voici un texte analysant le rôle décisif joué par les procureurs de la couronne dans le phénomène de l’impunité policière. Puisque l’impunité est synonyme d’absence de condamnation et puisqu’il n’existe aucune possibilité de condamnation en l’absence d’accusations, la meilleure façon de garantir l’impunité consiste donc à ne pas porter d’accusation. Des policiers accusés au criminel, il y en a. Mais ce sont des exceptions à une règle non-écrite voulant que la couronne fasse à peu près tout ce qu’elle peut pour ne pas avoir à traduire en justice des policiers. Et si on permettait au peuple de porter lui-même des accusations ?

Comité d'accueil pour le bourreau Jean-Loup Lapointe

La Coalition contre la répression et les abus policiers (CRAP) organise un rassemblement de trente minutes à 12h30 pile à la sortie du Palais de Justice du côté Saint-Antoine. Jean-Loup Lapointe comparaîtra au cours de cette journée. Rappelons qu'il a tiré quatre balles sur des jeunes non armés, tuant Fredy Villanueva et blessant sévèrement deux autres jeunes.

Si vous voulez assister à l'audience qui devrait se tenir dans la salle 5.15 dès 9h30, venez avec peu d'objets dans vos poches car vous serez fouillés par la sécurité du Palais de Justice. Après la pause du dîner, elle reprendra en après-midi vers 14h.

Le témoignage de Stéphanie Pilotte et la question de la place des femmes dans la police

Le témoignage de l’agente Stéphanie Pilotte à l’enquête publique sur la mort de Fredy Villanueva jette de nouveaux doutes sur la version disculpatoire de son partenaire de patrouille Jean-Loup Lapointe. Deux policiers, deux manières de vivre le même événement : l’un dit avoir eu peur pour sa vie, l’autre non. Il suffit de se rappeler du cas de Manon Cadotte pour réaliser que non seulement les policiers ne sont-ils pas eux-mêmes à l’abri des contradictions, mais qu’en plus la solidarité policiers a aussi ses limites…

Pages