Bavure par-dessus bavure au SPVM : du décès d’Alain Magloire à celui d’André Benjamin

La mort d’André Benjamin, abattu lors d’une intervention du Service de police de la Ville de Montréal, a ramené dans l’actualité le rapport du coroner Malouin sur le décès d’Alain Magloire, lui aussi tombé sous les balles de policiers montréalais. La CRAP choisi donc ce moment pour réagir non seulement au rapport du coroner Malouin, lequel contient malheureusement certaines erreurs, mais aussi pour révéler le contenu, parfois étonnant, des plaidoiries écrites que les différents avocats représentant les intérêts des policiers ont produits à l’occasion de l’enquête publique sur le décès d’Alain Magloire.

Mourir d’une bavure policière à Montréal-Nord

L’irréparable est survenu à Montréal-Nord, encore une fois, à l’occasion d’une intervention du Service de police de la ville de Montréal : Bony Jean-Pierre est décédé après qu’un policier lui eut tiré une balle de plastique en pleine tête. Le fait que la bavure ait été suivie peu après d’une émeute nous replonge dans une sorte de « remake » des incidents d’août 2008, alors que l’assassinat de Fredy Villanueva par un flic du SPVM avait provoqué une explosion de colère chez la population.

Une police qui coûte les yeux de la tête

Un spectre hante les finances publiques canadiennes : le spectre du coût faramineux de la police. Les budgets des corps policiers atteignent en effet continuellement de nouveaux sommets. Depuis plusieurs années, c’est à une véritable surenchère à laquelle nous sommes en train d’assister. Or, plus on injecte des fonds publics dans la police, moins il y en a pour la santé, l’éducation et l’aide aux populations les plus démunies de la société. Qui donc mettra fin à cette spirale infernale ?

Pas de murale du centenaire sans Fredy Villanueva

Les célébrations entourant le centième anniversaire de Montréal-Nord sont maintenant closes… et la murale du centenaire qui devait être peinte à l’arrière de la Maison culturelle et communautaire brille toujours par son absence. C’est que l’entêtement de celui qui était jusqu’à tout récemment le maire de l’arrondissement, Gilles Deguire, à exclure toute référence à Fredy Villanueva sur la murale a soulevé à la fois incompréhension et indignation, à un point tel que la réalisation de la murale du centenaire a été repoussé à 2016. Retour sur la controverse qui éclaté à la fin de l’été dernier.

Comment la police s’est montrée indispensable en livrant Montréal aux émeutiers

7 octobre 1969 : la Fraternité des policiers de la Ville de Montréal déclenche un arrêt de travail illégal aux conséquences imprévisibles. L’émeute gagne le centre-ville tandis que les dirigeants de la ville vivent des heures angoissantes. Le débrayage illégal aura été payant pour les policiers montréalais puisque la Ville accèdera à toutes les revendications de la Fraternité. Retour sur un évènement qui changera pour toujours la dynamique des rapports de force entre la Fraternité et le pouvoir politique.

Pages